Image default
Non classé

Comment bien choisir son déodorant ?

Entre les différentes marques, les différents formats, les différents termes… Le choix d’un déodorant s’avère difficile. Marie-Estelle Roux, dermatologue, nous donne des conseils pour trouver la bonne. C’est notre allié indispensable pour rester frais en toute occasion. Mais comment choisissez-vous et trouvez-vous le déodorant qui correspond à votre peau ?

 

Comment choisir le déodorant qui nous convient ?

 

Pour les questions de textures ou de formats, choisissez selon vos préférences. Vous pouvez toujours prendre en compte la pilosité de la zone, à savoir que les poils ont tendance à se bloquer avec le déodorant roule-t-on tandis que le spray se répartit uniformément sur l’aisselle. Et pour une peau fraîchement rasée, rien n’est plus agréable que la douceur d’une crème. Ensuite, choisir un déodorant nécessite de connaître sa sensibilité allergique, notamment aux antiseptiques ou aux antibactériens, et le degré de résistance de sa peau à l’alcool, souvent présent dans les déodorants. Pour ce faire, lisez simplement la composition. Surfez sur https://www.paraethnik.com/content/6-conseils pour avoir d’une information de plus.

 

Quelles sont les différences entre un déodorant classique et un anti-transpirant ?

 

Le rôle principal d’un déodorant est de lutter contre les odeurs liées aux bactéries développées dans la sueur, produites par la peau. Ses agents antibactériens, plus ou moins naturels selon les produits aident à lutter contre la prolifération des bactéries responsables des odeurs. Cependant, le déodorant n’empêche pas le phénomène de transpiration. L’antitranspirant, il bloque le problème de la transpiration à la surface de la peau. La transpiration se propage ensuite sur le reste du corps (thorax, bras, jambes…), mais s’évapore immédiatement.

 

Doit-on préférer les déodorants naturels, du type Pierre d’Alun ?

 

Pierre d’Alun a en effet une activité antibactérienne et réduit la transpiration. Le succès des déodorants naturels est favorisé par le débat sur les sels d’aluminium. En effet, certaines hypothèses pointent leur part de responsabilité dans des pathologies comme le cancer du sein. En vérité, il y a peu de preuves pour soutenir cette idée. Deux études récentes, plus fiables et reconnues que celles à l’origine du débat n’ont pu trouver les risques présumés des sels d’aluminium et nier tout lien avec le cancer du sein. Ainsi, leur toxicité n’est pas clairement établie.

 

Related posts

La pierre tombale et plaque funéraire : deux termes différents

Irene

Quel est le principe d’une assurance vie ?

Irene

Le gerbeur empileur, la solution appropriée pour économiser davantage

Irene

La restauration dentaire

sophie

Comment entretenir une cafetière Delonghi ?

Irene

Les différents types de groupe électrogènes

Irene